Activités

Niveau national

Sierra Leone

La Sierra Leone, officiellement appelée République de Sierra Leone, est un pays bordé par la Guinée, le Liberia et l’océan Atlantique. La Sierra Leone a une population estimée à 7 millions d’habitants. Freetown, qui est la plus grande ville, est également la capitale du pays. L’économie de la Sierra Leone repose principalement de l’exploitation minière. La langue officielle parlée est l’anglais.

Chaînes de valeur

Manioc

Au Sierra Leone, le manioc est principalement réservé à des fins alimentaires. Seul un faible pourcentage est réservé à l’alimentation animale ou d’autres industries artisanales.

Suite aux effets dévastateurs de la crise Ebola sur la situation sociale et économique du pays, le programme inclut le manioc parmi les filières prioritaires à soutenir.

La stratégie vise à stimuler la croissance économique, à soutenir la participation du secteur privé et à créer de nouvelles opportunités d’emploi, en particulier pour les jeunes et les femmes.

L’intervention s’inscrit pleinement dans la dimension de développement de l’Agence pour la protection de l’environnement. Elle contribue par ailleurs au programme national de transformation industrielle grâce à l’adoption d’une approche “filière” et à l’amélioration de l’accès aux marchés régionaux et mondiaux.

Cacao

Le cacao a toujours été une culture d’exportation majeure pour la Sierra Leone jusqu’à la guerre civile du pays, qui a entraîné la mort de cultivateurs de cacao et la destruction d’exploitations.

Le ciblage des lignes de produits sélectionnées est cohérent avec les priorités d’industrialisation régionale de la CEDEAO pour les agro-industries. En particulier, cette initiative s’inscrit dans la transformation des matières premières locales en vue de créer de valeur, en augmentant la contribution du secteur du cacao au PIB, en contribuant à l’accroissement de la part des produits du cacao dans le commerce régional et à faire passer les produits du cacao d’Afrique de l’Ouest sur le marché mondial.

Les ministères en charge du commerce, de l’industrie et de l’agriculture s’efforcent d’accroître la compétitivité des PME agroalimentaires afin d’ajouter de la valeur et de trouver de nouveaux marchés pour les produits du cacao, d’assurer la diversification des activités économiques et d’éviter de tomber dans le piège d’une économie exclusivement basée sur les minéraux.

Huile de palme

L’agriculture représente près de la moitié du PIB de la Sierra Leone et constitue la plus grande source d’emploi, engageant plus des trois quarts de la population. Le secteur agricole reste très précieux. L’huile de palme est une culture traditionnelle importante de la Sierra Leone. Produite sur la quasi-totalité du territoire, la majeure partie de la production d’huile de palme est réalisée dans les parties sud du pays, de manière artisanale.

La plus grande partie de la production d’huile de palme est utilisée pour fabriquer du savon, qui est très demandé sur le marché régional ouest-africain et donc principalement exporté.

Malgré l’abondance des palmiers et l’utilisation traditionnelle de l’huile rouge, la production nationale ne suffit pas à couvrir la demande, et la Sierra Leone importe environ un quart de ses besoins en huile de palme.

La chaîne de valeur de l’huile de palme contribue de manière significative à l’économie du pays. En 2017, la valeur ajoutée directe est estimée à $ 354 millions, soit 76% et 24% pour le savon et l’huile, respectivement.

La part la plus importante des bénéfices revient aux agriculteurs et constitue la principale source de revenus pour de nombreuses familles. En moyenne, un ménage de six personnes produit et consomme 40 litres d’huile de palme par an, tout en produisant et vendant 160 litres d’huile de palme.

La filière fournit un revenu de base à un large nombre de ménages dans les zones rurales. L’intervention s’inscrit pleinement dans la dimension de développement de l’APE. Elle contribue à la poursuite de la transformation industrielle nationale grâce à une approche de la chaîne de valeur et l’accès aux marchés régionaux et mondiaux. Toutefois, une approche flexible et axée sur le marché sera intégrée dans les interventions du projet de sorte que d’autres chaînes de valeur puissent bénéficier des activités et des résultats du projet.

Activités prévues

En Sierra Leone, l’action intervient au lendemain de la crise d’Ebola, dont on constate les effets les plus dévastateurs sur la situation sociale et économique du pays. Elle s’inscrit également dans le cadre de mesures et stratégies politiques visant à stimuler la croissance économique, soutenir le secteur privé et créer de nouvelles opportunités d’emploi, en particulier pour les jeunes et les femmes. L’intervention s’inscrit pleinement dans le cadre de la dimension de développement des Accords de Partenariats Economiques (APE). Elle contribue à la poursuite de la transformation industrielle nationale grâce à une approche de la chaîne de valeur ainsi qu’à l’accès aux marchés régionaux et mondiaux.

L’accent sera placé sur des interventions destinées à développer et renforcer la compétitivité du cacao, du manioc et de l’huile de palme, soit des cultures présentant un fort potentiel pour les chaînes de valeur régionales et mondiales, la création d’emplois et la croissance grâce aux connexions entre les chaînes de valeur régionales. Toutefois, une approche flexible et axée sur le marché sera intégrée dans les interventions de sorte que d’autres filières bénéficient des activités et des résultats du projet. Le ciblage des lignes de produits sélectionnées s’aligne sur les priorités d’industrialisation régionale de la CEDEAO pour les agro-industries.

Particulièrement, cette initiative s’aligne sur les objectifs de transformation des matières premières locales afin de créer de la valeur, d’augmenter le pourcentage du PIB du secteur industriel, de contribuer à l’augmentation de la part des produits industriels dans le commerce régional et la volonté d’augmenter les produits industriels ouest-africains vers le marché mondial.

Cette approche est cohérente avec le programme d’investissements multi-sectoriels mené par le gouvernement qui se concentre, entre autres, sur le développement du secteur privé afin de favoriser la transformation socio-économique suite à la crise du virus Ebola et la chute des prix du fer. Les ministères en charge du commerce, de l’industrie et de l’agriculture s’efforcent d’accroître la compétitivité de 1 000 PME afin d’apporter de la valeur ajoutée et de trouver de nouveaux marchés pour les produits agricoles, d’assurer la diversification des activités économiques et d’éviter de tomber dans le piège d’une économie exclusivement basée sur les minéraux. Garantir l’égalité d’accès des femmes et des hommes entrepreneurs aux avantages de cette politique nationale sera la clé de son succès.

Contacts

Ministère responsable

National Authorising Office, Ministry of Trade

Amy MYERS
Director
National Authorising Office
Email: amyers@nao-sl.org

Emmanuel Billy KONJOH
Director of the Sierra Leone Local Content Agency
Ministry of Trade
Email: emmanuel.konjoh@localcontent.sl

Agence d'exécution

UNIDO

Juan Pablo Diaz-Castillo
Project Manager
Industrial Development Officer
Standards and Quality Infrastructure Division (SQI)
Department of Trade, Investment and Innovation (TII)
United Nations Industrial Development Organization
E-Mail: j.diaz-castillo@unido.org

Délégation de l'UE

EU Delegation to Sierra Leone

Linda WILLIAMS
Email: Linda.WILLIAMS@eeas.europa.eu

Pierre-Henri HELLEPUTTE
Email: Pierre-Henri.HELLEPUTTE@eeas.europa.eu